11.02.2012

/ 2 novembre 2012 - avec Ana Nb

 son éclate d'un souffle clair  / Atareb la ville noire de feu 


souffle ciel souffle jour souffle jour souffle ciel souffle jour souffle jour  souffle souffle  ciel souffle jour souffle jour souffle ciel souffle souffle jour souffle souffle souffle ciel souffle jour souffle souffle souffle souffle étire le ciel  votre souffle  étire le jour  votre  souffle  étire le temps  votre souffle étire le ciel votre  souffle étire le jour  votre souffle étire le son sous vos pas le feu -  vous  marchez dans la ville noire de Atareb - sous vos pas le feu sous vos pas le feu sous vos pas le feu sous vos pas le feu sous vos pas le feu sous vos pas le feu sous vos pas le feu sous vos pas le feu sous vos pas le feu sous vos pas le feu sous vos pas - vous êtes Daunik Lazro saxophoniste vous improvisez - vous êtes Abou Abdou syrien  de la ville de Atareb

vous êtes Daunik Lazro saxophoniste vous n'avez pas de partition - sous votre souffle le son s'étire sous votre souffle la lumière s'étire sous votre souffle le jour s'étire sous votre souffle le son

vous êtes Abou Abdou de la ville de Atareb - vous marchez - vous marchez dans la ville de Atareb dans la ville noire de feu de Atareb vous marchez dans la ville noire de  feu  de Atareb

 du feu  du souffle des sons du feu  du souffle  des sons
 du feu  du souffle des sons du feu  du souffle  des sons
 du feu  du souffle des sons du feu  du souffle  des sons

vous  êtes Daunik Lazro vous croisez un son un son   insistant d'un souffle vous croisez  d'un souffle lent un son continu vous croisez   d'un souffle bref un son rugueux vous croisez le son la trace d'un son l'écoulement d'un son sa place brutale se brise le souffle brûle votre palais votre trachée le son devient déchirure de sons le souffle écorche le son par saccades le souffle écorche le son écorche écorche écorche écorche écorche et le son

vous êtes   Abou Abdou vous marchez  vous marchez avec votre femme  vous marchez  avec vos trois enfants  vous marchez  loin de votre  maison loin de votre rue loin de votre quartier loin de votre ville  Atareb  - Atareb la ville noire de feu - vous marchez loin de

vous êtes Daunik Lazro de votre  souffle un son éclate un son tourne s'élève tourne encore encore s'élève  tourne encore s'élève la pointe du son s'évanouit  - du souffle un autre son éclate  - un autre son tourne

 du feu  du souffle des sons du feu  du souffle  des sons
 du feu  du souffle des sons du feu  du souffle  des sons
 du feu  du souffle des sons du feu  du souffle  des sons -

vous êtes Abou Abdou syrien de la ville de Atareb –  de la ville noire de feu Atareb vous portez quatre sacs de plastique -  vous traversez une ville puis une autre ville puis une  autre ville  puis une autre ville puis une autre ville puis une autre ville -puis-  vous arrivez près d'une autre frontière

(j'écoute ) - le souffle le son -  presque phrase et brisure le souffle le son - presque phrase et brisure presque phrase et brisure presque phrase et brisure presque phrase et brisure presque phrase et brisure presque phrase et brisure presque phrase et brisure presque phrase et brisure  - presque

vous marchez maintenant Abou Abdou sur  une terre aux centaines d'oliviers déracinés aux centaines d'oliviers déracinés aux centaines d'oliviers déracinés aux centaines d'oliviers déracinés aux centaines d'oliviers déracinés aux centaines d'oliviers déracinés aux centaines d'oliviers déracinés aux centaines d'oliviers déracinés aux centaines d'oliviers déracinés aux centaines d'oliviers déracinés aux centaines d'oliviers déracinés aux centaines d'oliviers déracinés – vous marchez maintenant sur un sol blanc

est – ce que - le son se brise est – ce que  - l'espace du son se brise - est - ce que - le souffle se brise – est – ce que - un son est brutal -  est - ce que -  un son est clair est- ce que - un son est sombre - est – ce que - un son a une face sombre est - ce que votre musique improvisée Daunik Lazro a un corps de lumière – est – ce que vous jouez du mystère de l'instant sonore – est - ce que votre souffle chasse les ténèbres - est ce que  - un son est une plainte -

Abou Abdou traverse maintenant le camp près d'une autre frontière  Abou Abdou  marche sur  le sol blanc du camp  Abou Abdou  trébuche  - Abou Abdou  marche hagard dans son corps de déplacé  - Abou Abdou marche dans un grand silence – le grand silence de Atareb la ville noire de feu

feux brûle traces souffle déplace son feu brûle gorge et voix feu brûle palais et trachée souffle pointe

 le son  de Daunik Lazro éclate d'un souffle clair

 Abou Abdou marche dans le grand silence  - Atareb la ville noire de feu


ana nb

Je connais Ana Nb par son jardin sauvage et ses effacements, deux lieux où j'aime me balader, lire ses petits blocs de textes cousus d'un tiret et d'espaces. De mots et d'air. Une justesse partout. Des images rares. Des lieux où je trouve ce que je cherche, même quand je ne sais pas ce que je cherche. J'ai souvent eu envie de donner réponse à Ana. Nous y voici, et comment démarrer ? Nous avons tâtonné à la recherche d’un terrain partagé, du jeu de l’écriture. Nous nous sommes découvert des sons en commun, ceux de Daunik Lazro. Et une idée de promenade : le fil de l’improvisation. C’était risqué, comme l’écriture, comme à chaque fois qu’on ne sait pas où l’on va. Mais de s’apercevoir qu’on arrive chacune quelque part, en ayant vagabondé ensemble, quel plaisir. Te remercier pour cette confiance, et ton texte Ana.

/ mon texte là-bas

Tiers Livre et Scriptopolis sont à l'initiative d'un projet de vases communicants : le premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d'un autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement… "Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre.".

Aucun commentaire:

Publier un commentaire